CYNRGIE LOGO 2

Comportement canin et bien-être
Accompagnement du chien et de l’humain

Repenser notre rapport au vivant

CYNRGIE LOGO 2

Comportement canin et bien-être
Accompagnement du chien et de l’humain

Repenser notre rapport au vivant

Les compétences : le savoir-faire au sens canin

5

Sommaire

Vous êtes vous déjà demandé comment développer les compétences de votre chien ? Et qu’entend-on au juste par compétence ?

L’obéissance avant tout

L’éducation canine renvoie le plus souvent à ce qu’on appelle classiquement l’éducation de base. J’ai d’ailleurs été étonné d’entendre de la bouche d’une consœur qu’un chiot n’a besoin que de savoir 6 choses pour être un bon chien de famille :

  • assis, couché, debout
  • pas bouger
  • marcher en laisse et marcher au pied

J’ai été quelques instants dans l’incompréhension avant de comprendre où elle voulait en venir. Un bon chien de famille doit savoir prendre sur lui en toutes circonstances !

Pour ça, il faut donc l’empêcher de faire ce qu’il veut et qu’il s’y plie. Finalement, pas de quoi être si étonné que ça quand on constate que l’idée est encore (trop) souvent la même avec nos jeunes enfants, mais passons…

Subsiste ainsi l’idéologie que le chien doit se plier à notre volonté. Celle-ci est fort heureusement de moins en moins présente et j’en suis le premier ravi.

Quand la forme prime sur le fond

Cependant, un point de détail pose problème. A mon sens, on oublie les compétences au détriment de la forme du comportement. En se focalisant sur l’objectif de résultat, on oublie donc de se poser la question suivante : le chien a-t-il les compétences pré-requises pour comprendre ce que l’on attend de lui ?

Pour bien comprendre, reprenons donc l’exemple de la marche en laisse, chère à ma consœur…qui est d’ailleurs une demande récurrente.

apprendre un comportement à un chien

Alors finalement, qu’est ce qu’une marche en laisse : un chien relié à un humain qui ne tire pas lorsque l’on se déplace. On laisse en plus la possibilité de sentir les odeurs qu’il trouve sur son passage à condition qu’il ne tire pas.

Rien de très compliqué dans l’absolu si on s’en tient à ce descriptif. À partir de là, on pourrait se lancer dans tous les exercices divers et variés qui existent. Pour faire une liste non exhaustive avec plusieurs « approches » :

  • le fameux feu rouge / feu vert
  • les saccades quand il tire avec au choix le collier plat, l’étrangleur, le torcatus ou même le collier électrique
  • les harnais d’éducation qui n’éduque pas grand-chose
  • les licols
  • etc.

On passera sur les aspects comportementaux et médicaux de certaines d’entre elles…

Je rappelle mes propres mots écrits plus hauts « Rien de très compliqué dans l’absolu » et pourtant combien de binôme se cassent les dents là-dessus, finissant par changer d’éducateur et de méthodes par la même occasion.

Alors bien entendu, certains chiens feront quelque chose de vaguement ressemblant au résultat attendu, d’autres comprendront directement ce qu’on attendait d’eux en finalité. Mais ont-ils vraiment développés des compétences ? Est ce que nous ne brûlons pas les étapes ?

C’est quoi une compétence ?

J’aimerais d’abord qu’on parle du rythme de marche entre l’humain et le chien. Un chien marchera au trot en zigzaguant dans tous les sens, s’arrêtant pour sentir avant de repartir ailleurs en gambadant.

Maintenant, que faisons-nous : nous marchons tout doucement en ligne droite sans nous arrêter (et le plus souvent nous faisons la tronche en bonus ou nous regardons nos téléphones mais ce n’est pas le sujet). Pour un chien, nous sommes d’une leeeeenteur extrême. A vrai dire, c’est comme si vous vous promeniez toujours avec votre grand-mère ou un enfant en bas âge.

En réalité, c’est juste quelque chose d’extrêmement difficile pour votre chien. D’autant plus si la balade rend votre chien fou de joie 😉
On va donc définir la premier compétence, et pas des moindres : se caler sur le rythme de l’autre / caler son énergie sur celle de l’autre.

Un peu plus rapidement, voici d’autres compétences à mon sens indispensable pour marcher en laisse :

  • s’engager, c’est-à-dire, avoir envie et être moteur de l’activité
  • la connexion avec son humain ainsi que la coopération
  • se laisser guider, c’est-à-dire suivre une invitation
  • avoir confiance en son maître
  • renoncer à quelque chose (et non pas prendre sur soi, ce qui reviendrait à l’empêcher de faire)
  • ignorer les distractions / concentration
  • la persévérance et la patience
  • gestion de la distance avec son humain (proxémie)
  • apprendre à lire la communication corporelle de son humain, ce qui par ailleurs est le plus souvent ignorée par le chien tellement nous sommes incohérents sans nous en rendre compte

Au final, ça fait une certaine liste de pré-requis pour une « simple marche en laisse » non ?

Les compétences sont des fondations

Et pourtant, elles sont tout simplement indispensables. Car si votre chien n’a pas appris à vous prêter attention, n’a pas appris à se laisser guider ou encore ignore complètement notre communication, alors le travail de marche en laisse se fera forcément dans la douleur, soit physiquement soit en frustrant de plus en plus.

Mais n’est-ce pas une compétence « ne pas tirer en laisse » ? Eh bien, à mon sens, non. C’est « juste » quelque chose que l’on attend du chien et que l’on va lui apprendre mais ça ne l’aide pas à se développer.

Mais qu’est-ce qu’apportent concrètement les compétences au juste ? Si on reprend notre exemple de la marche en laisse, on obtient un chien qui ne tire pas sur sa laisse, qui se laisse guider, qui jette quelques coups d’œil en notre direction et cela, sans jamais avoir travaillé spécifiquement la marche en laisse.

Notez ici, que la laisse n’est tenue que par un seul doigt. Ce n’est certes pas une marche en laisse où l’on peut voir un beau “U” entre le chien et l’humain, mais on constate que le chien ralentit spontanément lorsqu’il arrive en bout de laisse. Pour de nombreuses personnes, le simple fait de ne pas se faire arracher le bras par son chien sera déjà vu comme une petite révolution 😉

Alors bien sûr, ça n’a rien de particulièrement impressionnant, bien moins qu’une marche au pied de concours j’en conviens. Cependant, grâce aux compétences qui ont été enseignées, le chien est en capacité de s’autogérer sans intervention de notre part alors même que la vidéo est tournée juste avant une balade.

Être compétent c’est donc passer de « faire » à « savoir faire », c’est passer de « reproduire quelque chose » à « comprendre quelque chose», et ça c’est inestimable autant pour un chien qu’un humain.

Un pâtissier compétent saura adapter la cuisson de ses choux en fonction de leur taille et de la garniture qu’il mettra à l’intérieur pour proposer une expérience gustative au top. Sans ces compétences, c’est-à-dire en reproduisant une recette qui fonctionnait pour une taille de choux et un type de crème donnés sans en avoir compris les subtilités, ses choux à la crème seraient flasques.

Alors bien entendu, développer des compétences prendra forcément un peu plus de temps, mais vous savez quoi ? La bonne nouvelle c’est que ces compétences forment un socle pour plein d’autres apprentissages. Le double effet kiss cool, c’est donc que vos autres apprentissages en seront facilités 🙂

Au final, les compétences sont l’essence même de l’adaptabilité et de l’autonomie. Elles sont donc les fondations qui permettent de développer les capacités de l’animal ainsi que son savoir être et je peux vous jurer qu’un chien autonome, c’est un humain qui peut lâcher prise 🙂

En prenant le temps de développer les compétences d’un chien, on en fait un individu vraiment apte à vivre à nos côtés.

© Benjamin TREVISAN / CynRgie, éducation et comportement canin.

Nos contenus vous font écho ?

Vous avez envie de nous soutenir ?

voir plus bas
Nous suivre
Partager
Partager
Suivez-nous

Nos contenus vous font écho ? Vous avez envie de nous soutenir ?

voir plus bas
Articles liés
Sciences

Holisme, késako ?

Souvent, quand je parle d’approche holistique les gens me regardent avec des grands yeux Je pense que dans l’esprit collectif, ce terme a une consonance

Lire la suite
Réflexions

Restons authentiques

De plus en plus, le monde canin prend une tournure scientifique. Les conseils, jadis emprunts de nombreux mythes, deviennent peu à peu basés sur les

Lire la suite
Mythes et idées reçues

L’illusion que ça marche

Quand j’étais petit, j’étais passionné par les tours de magie. Le propre du magicien : créer l’illusion que ça marche et ne surtout pas dévoiler

Lire la suite
Articles liés
Sciences

Holisme, késako ?

Souvent, quand je parle d’approche holistique les gens me regardent avec des grands yeux Je pense que dans l’esprit collectif, ce terme a une consonance

Lire la suite
mon chien sait qu'il a fait une bêtise
Mythes et idées reçues

Mon chien sait qu’il a fait une bêtise !

Vous êtes vous déjà dit que votre chien avait sans doute fait une bêtise juste en voyant sa tête ? Ah le regard coupable. C’est quelque chose que l’on entend souvent dire, le fameux «  il sait qu’il a fait une bêtise, ça se voit à sa tête ». Pourtant, il s’agit d’un énorme anthropomorphisme.

Lire la suite

You cannot copy content of this page