CYNRGIE LOGO 2

Comportement canin et bien-être
Accompagnement du chien et de l’humain

Repenser notre rapport au vivant

CYNRGIE LOGO 2

Comportement canin et bien-être
Accompagnement du chien et de l’humain

Repenser notre rapport au vivant

Bébé arrive … mon chien est-il prêt ?

6

Sommaire

Ah l’arrivée de bébé…vous vous êtes surement déjà demandé s’il fallait préparer votre fidèle compagnon à cet heureux évènement et si oui, comment faire ?

J’ai déjà vu passé quelques posts sur le sujet et je me suis moi-même intéressé à la question alors que le jour J de ma petite puce arrivait à grands pas…et bien je dois avouer que même en tant que professionnel, il y a plein de détails qui m’ont échappé et que je n’ai pas su anticiper correctement.

De quoi faire un article sur le sujet, non ?

Les conseils de base

Commençons par les conseils de bases mais Ô combien important. D’abord votre quotidien va changer du tout au tout comme celui de votre toutou !

Eh oui, l’arrivée d’un bout de chou va venir complètement chambouler l’harmonie de votre foyer. Les mois précédents la naissance sont donc idéaux pour anticiper tous ces changements en vue de retrouver un nouvel équilibre au plus vite.

1/ Les bruits et les mouvements bizarres


Le premier conseil qui ressort souvent concerne les stimuli nombreux et variés que va faire bébé : cris, pleur, déplacement au sol, enfants qui courent, objets qui tombent, etc.

Soyons réalistes : le développement des déplacements sera ultra progressif, les jouets qui volent dans la maison n’apparaitront pas du jour au lendemain non plus…en revanche, les cris et les pleurs peuvent parfois inquiéter les chiens ou à l’inverse les exciter, de même que les mouvements de bras et de jambes de bébé.

Pour cela, familiariser progressivement votre chien à côtoyer des petits et ce type de stimuli est pertinent.

2/ Le temps d’interaction

Même avec toute la bonne volonté du monde, nous ne pouvons pas nous dédoubler. Dans quelques mois, notre temps va devoir se partager entre Polux et notre nouveau-né.

Une chose est sure : vous aurez moins de temps !

Le changement peut être brutal si on partage beaucoup d’interaction avec son chien. Pas question de délaisser notre chien pour autant, mais on essaye alors d’intégrer des activités en autonomie comme de la mastication par exemple.

Les enrichissements alimentaires comme donner la ration au sol ou dans un tapis de fouille vous seront surement utiles aussi.

3/ Organisation de l’espace de vie

On pense à aménager un lieu refuge sanctuaire où notre chien peut rester tranquille. Pour les chiens qui protègent leurs trésors, faire appel à un professionnel bienveillant me semble également judicieux.

En effet, il arrivera surement un jour où la tête dans le guidon vous passerez trop près du précieux de votre chien et là …c’est l’accident domestique. Autant prévenir que guérir 😉

Idem si notre chien souffre d’anxiété de séparation.

4/ Votre rythme de marche et votre capacité de déplacement

Un point qui peut paraître tellement évident que l’on n’y pense pas forcément. Vous l’avez surement déjà expérimenté durant votre grossesse : nous humain sommes encore plus lents que d’habitude pour le chien.

De la même façon, fini les terrains escarpés et à nous les sols plats. Imaginez-vous avec une poussette durant vos balades. Les mois précédant la naissance, il va falloir intégrer progressivement ce nouveau rythme.

Noter qu’avec une poussette, votre chien devra avoir une super marche au pied si vous vous promenez seul avec bébé. A travailler en amont donc. Mais attention : à limiter au strict minimum. Une balade au pied n’est pas une balade qualitative !

A moins que vous n’envisagiez le portage à place de la poussette, mais je vous préviens ça tient extrêmement chaud en été 😉

Les points qu’on oublie…

1/ Les habitudes

D’une manière générale, il faut analyser votre situation personnelle et penser aux habitudes que vous avez avec votre chien. Certains aiment faire la fête quand leurs maîtres se lèvent par exemple ou leur saute dessus. Demandez-vous si cela pourrait nuire au sommeil de votre bébé ou représenter un danger par exemple.

Pensez aux jouets qui font pouette si votre chien est joueur…Sophie la girafe est aussi très très apprécié des chiens !

Bref, si vous pensez que certaines de ces habitudes poseront soucis, demandez l’aide d’un professionnel bienveillant.

2/ Bébé arrive !

C’est le jour J, direction la maternité !

Sauf que la réalité n’est pas comme dans les films. L’accouchement express est une perle rare…et parfois ça dure vraiment longtemps. Pour nous 30h !

30h durant lesquelles votre chien ne pourra rester seul tout du long bien entendu. Profitez des mois précédents pour trouver un mode de garde le jour J.

3/ Séjour à la maternité

Votre absence soudaine pendant plusieurs jours peuvent complètement perturber votre chien. Ne zappez pas les moments privilégiés avec lui lorsque vous rentrerez à la maison, offrez lui des moments de détente pour le relaxer, etc.

Les massages canins et les produits naturels comme les fleurs de Bach peuvent être un sérieux plus.

On profite également du séjour à la maternité pour faire découvrir les nouvelles odeurs à notre chien. Dans l’idéal, associer l’odeur du bébé avec une activité cool et calme, comme un massage.

4/ Retour à la maison

Après ces quelques jours perturbants, notre chien risque d’être euphorique lors du retour à la maison. Et ça, ça peut faire peur à bébé.

Je vous suggère une entrée en deux temps pour dire bonjour au chien pendant que l’autre parent reste avec la petite merveille.

5/ Satisfaire les besoins

On entre dans ce qui, à mon sens, est le plus difficile : satisfaire les besoins de tout ce petit monde et retrouver un équilibre harmonieux.

Du côté de l’enfant

Un bébé n’a QUE des besoins auxquels vous allez devoir répondre très vite. Son rythme est chaotique, il pleure dès qu’il a faim, dès qu’il a sommeil, dès qu’il a mal au ventre, dès qu’il veut du réconfort, etc.

A ce sujet, je vous conseille de vous intéresser au Dustan Baby Langage pour apprendre à décrypter le besoin de bébé en fonction de son pleur 😉

Pour faire simple, bébé va vous monopoliser et vous vider de votre énergie. 

Du côté du chien

Votre manque de temps fait que vous avez du mal à remplir les besoins de votre chien.

Les pleurs remplissent aussi progressivement son vase émotionnel, augmentant encore ses besoins pour évacuer tout ça et être bien dans ses pattes.

Dans l’idéal, vous allez devoir en faire encore plus…sauf que vous n’avez pas le temps !

Alors on compense et on se souvient qu’on avait dit d’intégrer des activités en autonomie à son chien, n’est-ce pas ? 😉

C’est là que ça va être très utile : on ne lésine pas sur la mastication, on met plein d’enrichissement, on donne des jouets pour qu’il décharge dessus, on peut partager des moments de relaxation avec lui et surtout on accepte que son chien ait des comportements peu habituels comme creuser, ramasser tous les trucs qui trainent par terre, qu’il écoute moins, etc.

C’est normal ! Il évacue à sa manière, tant pis 😉

Si vous le pouvez financièrement, recruter un promeneur professionnel ou une personne sûre dans votre entourage. De cette façon, les besoins de votre chien seront bien mieux remplis et votre charge mentale n’en sera que réduite.

Si vous avez de la famille près de chez vous, leur laisser la garde de bébé durant la balade du chien permet de partager un moment privilégié avec lui. 

Du côté des parents

Allez, on ne va pas se le cacher, quand on a un bébé on est fatigué ! On a aussi tous plein de choses à penser et surtout on ne sait pas ou donner de la tête. 

Bébé n’a que des besoins, notre chien aurait besoin d’encore plus de présence pour son bien-être et nous-mêmes aurions encore plus besoin de temps pour nous pour récupérer et se relaxer.

Si on rajoute nos horaires de travail, les différentes corvées, la météo (comme une canicule) et les heures de sieste de bébé, les fenêtres de tir pour s’occuper des uns et des autres sont minces…

Notre vase émotionnel finit par être plein lui aussi !

Si vous présumez de vos forces, votre charge mentale finira par exploser et papa comme maman peuvent rapidement faire une dépression post-partum.

J’aimerais vous donner ce super conseil de « lâcher prise » mais c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. De là à virer à la culpabilité, il n’y a qu’un pas.

J’ai envie de dire tant pis si votre appart n’est pas nickel, tant pis s’il y a de la poussière sur vos meubles. Mais surtout, j’aimerais vous conseiller de vous entourer de personnes bienveillantes prêtes à vous aider ou à vous écouter. Parlez en à votre médecin si les choses sont difficiles, à votre sage-femme, à la PMI, à votre famille, à vos amis, etc.

Trouvez une écoute et surtout, n’ayez pas honte de demander de l’aide 🙂

© Benjamin TREVISAN / CynRgie, éducation et comportement canin.

Nos contenus vous font écho ?

Vous avez envie de nous soutenir ?

voir plus bas
Nous suivre
Partager
Partager
Suivez-nous

Nos contenus vous font écho ? Vous avez envie de nous soutenir ?

voir plus bas
Articles liés
Sciences

Holisme, késako ?

Souvent, quand je parle d’approche holistique les gens me regardent avec des grands yeux Je pense que dans l’esprit collectif, ce terme a une consonance

Lire la suite
Réflexions

On a marché sur la tête

Derrière ce titre un peu tintinesque se cache un post un peu particulier que j’avais envie d’écrire depuis longtemps. Une sorte de regard croisé entre

Lire la suite
Articles liés
Sciences

Holisme, késako ?

Souvent, quand je parle d’approche holistique les gens me regardent avec des grands yeux Je pense que dans l’esprit collectif, ce terme a une consonance

Lire la suite
Education et comportement

Parlons cadre et discipline

S’il y a bien un sujet qui revient inlassablement dans le monde de l’éducation canine (enfin pas que), c’est celui du cadre et avec lui,

Lire la suite
Réflexions

Les délinquants

Un chien qui n’obéit pas est quasi-toujours étiqueté comme un « délinquant ». Prophétie : il faut apprendre à son chien à se conformer à

Lire la suite

You cannot copy content of this page